dois-je accepter le conseiller d’une organisation syndicale

Demain à 11H, je vais faire la connaissance du conseiller de mon délégué syndical CGT.

OUI vous avez raison : pourquoi accepter un conseiller alors qu’un délégué syndical a été désigné pour l’entreprise ?

J’ai accepté parce que ce conseiller était déjà venu il y a 4 ans pour la négociation du protocole prè-electoral.

Il avait été accepté à l’époque, je me vois mal lui refuser l’accès aujourd’hui !

Même si légalement , je le peux, j’ai un délégué syndical qui représente l’organisation syndicale dans l’entreprise. Cela suffit.

Il est vrai que ce conseiller a été très charmant , il a essayé de me joindre pour me prévenir 👴

Bon nous sommes pour le dialogue social et nous le recevrons pour aussi démontrer aux salariés que tout se passe bien. On maîtrise !

A l’époque, le dirigeant a vécu une sorte de chao. Personne n’avait la maitrise du sujet, même avec la présence d’un avocat.

Je pense que cette présence d’un avocat, aussi bon soit-il, n’a pas arrangé le dialogue.

Dans d’autres hypothèses, je n’accepte jamais les invités dans l’entreprise.

J’avoue que je suis curieuse de ce qu’il va se passer ???

je n’oublie pas que « ce gentil conseiller » a écrit des tracts à l’époque qui ont laissé des traces, surtout chez le dirigeant qui a été personnellement visé et touché.

Je pense que je vais assister à des échanges « piquants ».

Je ne m’affole pas non plus, il s’agit d’une réunion pour signer un protocole pour l’organisation des prochaines élections professionnelles et la mise en place du Comité Social Economique ( CSE).

Certes c’est nouveaux ! mais presque rien n’a changé quoi que l’on en dise dans les médias ou chez les  » Con & sultants ».

Il s’agit pour l’organisation syndicale d’avoir des candidats et de les faire élire… Toujours la même histoire.

Avec la loi Macron et les ordonnances travail, j’ai mis à jour le protocole et j’ai en particulier limiter le nombre de mandats.

Je sais que cela va coïncer !

Je lâcherais

si j’ai la garantie que les élections vont bien se passer !

Il y a 4 ans, des salariés ont été menaçés, ont été suivis dans les vestiaires et ont fait l’objet d’intimidation.

Je suis profondément démoncratique et si j’entends le moindre soupçon de ce type de pression, j’agirais !

En parallèle, je pense que je vais un peu m’amuser.

Un délégué syndical qui a besoin d’un conseiller pour signer un protocole pre-électoral alors que c’est son monopôle, perd de sa crédibilité auprès des salariés.

J’ai hâte de savoir s’il va faire une profession de foi et de la lire.

Dans le contexte économique actuel de l’entreprise et dans le cadre de toutes les actions de changement que nous avons menées depuis 2 ans, je vais pouvoir mesurer la volonté ou la motivation des salariés.

Auront-ils changé depuis 4 ans ?

Souhaiteront-ils rester dans la même contestation alors que les choses ont changé ?

Oseront-ils manifester leur soutien à la direction en votant au second tour, sans étiquette syndicale ?

Vous constatez que l’enjeu n’est pas seulement un nombre de candidats  et de sièges, ou les heures de délégation.

Je vais donc dérouler le processus d’élection comme d’habitude.

Les résultats vont être déterminant pour nous.

Pour notre motivation à vouloir continuer à investir dans les conditions de travail, dans la formation, dans le développement de l’entreprise.

Si vous êtes dans la même situation et que vous souhaitez en discuter pendant 30 minutes, prendre un RDV avec moi 

Bien à vous,

RHmentVotre

Nathalie