sauvegarde, survie, quel plan ?

 

1200 personnes, 25 filiales, je garderai le nom confidentiel, comme je le ferai pour vous.

Je rencontre le directeur général de branche, le directeur financier.

Ils sont perdus !

Cela fait plusieurs mois qu’ils rencontrent « les conseils » du problème.

Avocats, cabinet de reclassement, cabinet de recherche de repreneur etc…

Le Directeur Général ne comprends plus rien !

Qui  dois faire quoi ? Qui fait quoi ?

Tout le monde est spécialiste du problème, tout le monde a une proposition à faire pour accompagner le problème.

Lui, le Directeur Général voit les « tâches » se superposer, le temps s’allonger et les coûts s’envoler.

Plus on le conseille, plus il se convainc qu’il est en risque et que cela va vraiment lui coûter très cher !

 

Ce qu’il veut c’est que l’on lui présente le projet avec un planning !

Ce qu’il veut c’est que l’on lui assure qu’en cas d’attaque au Prud’homme, il gagne parce que la loi aura été respectée !

Ce qu’il veut c’est que tout soit traiter dans les meilleurs délais, au bénéfice des salariés et au meilleur coût !

Ce qu’il veut, c’est que l’image du groupe ne soit pas ternie, que la communication soit à la hauteur des investissements entrepris !

 

Un plan social, ou un plan de sauvegarde de l’emploi, comme on doit dire est un événement certes violant à vivre,

mais il est violant pour les 2 parties.

C’est une crise à gérer, une séparation à organiser.

 

Pour notre Directeur Général, des incompréhensions légales surgissent telles que :

chercher un repreneur, alors que la fermeture est inéluctable…

Il en a même discuté avec le préfet et la Direccte.

 

Un organisme bien connu, dont je ne ferais pas la pub, est venu faire son expertise.

Le rapport était en soutien à 90 % des actions entreprises par le groupe pour soutenir et remettre à flot la filiale…

Oui cela arrive, une expertise qui valorise les actions de l’employeur !

 

Pour ces 50 salariés, les jeux  économiques sont faits.

C’est trop tard, il faut fermer le site, au risque de mettre en péril les autres filiales.

Alors comment faire ?

  • respecter le cadre légal bien sûr
  • négocier les fameux 2 livres du PSE
  • écouter et donner la parole aux salariés concernés
  • donner tous les moyens possibles pour leur permettre un reclassement rapide ( ils pourront ainsi profiter des indemnités de licenciement pour tourner la page)
  • bien d’autres actions encore…

 

Je disais plus haut que c’est un moment de crise, de douleur, c’est aussi un moment de remise en cause pour tous, un moment très intense où tout est possible.

Loin de moi l’idée de nier la violence de la remise en cause pour le salarié qui n’a rien demandé.

J’ai vu de belles histoires se réaliser, des projets et même des rêves se concrétiser.

 

Des salariés qui pour des raisons personnelles, des histoires familiales, ont enfin l’opportunité de penser à eux.

de penser à ce qu’il voulait faire dans la vie.

 

Lorsque l’énergie, le projet de dessine, l’employeur est juste là pour donner les moyens.

J’ai accompagné plusieurs plans sociaux, dans des grands groupes ou plus petites structures.

Les contraintes légales, le risque de contentieux, la colère sont là et c’est notre job avec les managers de gérer tout cela.

Ce qui est gratifiant c’est le reclassement, l’énergie mise par le salarié à trouver des solutions.

Il y a toujours une solution !

C’est un choix , c’est une prise de décision.

A chaque fois, pour chacun, je trouve cela magique.

Je trouve dommage que nous nous noyons dans les contraintes réglementaires, la surenchère de coût, c’est un vrai business.

La perte d’emploi est un business !

 

Je souhaite qu’un jour, parce que nous sommes nombreux à avoir vécu une perte d’emploi ou à devoir supprimer un emploi, que nous nous exprimions.

C’est comme dans une grande famille, quand il y a un problème, une difficulté à résoudre, on cherche et on trouve les solutions ensemble.

C’est cela un plan de sauvegarde de l’emploi, c’est une histoire humaine.

Et cela se passe bien lorsque l’on en parle ensemble, outre les procédures et risques de contentieux.

 

Pour faire un focus sur votre projet de licenciement économique , prendre un RDV avec moi 

Bien à vous,

RHmentVotre

Nathalie